Notre salle d'exposition

 

 

 

D'avril à octobre 2021

 

TISSER LA NATURE


 

L’exposition Tisser la nature a pour objet d’instaurer un dialogue entre les œuvres par des correspondances stylistiques et techniques. Ainsi voyage-t-on visuellement du millefleurs à l’abstraction la plus radicale, sans que la chronologie soit respectée dans les parcours proposés. Les accrochages privilégient en effet les rapports de tons et de composition ou s’appuient sur des ruptures de regards portés sur la nature.  Un dialogue s’établit également avec les collections permanentes des sites. C’est le cas à Saint-Laurent-Les-Tours avec l’œuvre de Jean Lurçat, à Sorèze avec celle de Dom Robert ou encore à la Chaise-Dieu et à Aubusson.

 

Le traitement du végétal a constitué un élément majeur de l’esthétique de la tapisserie à toutes les époques. Il est au cœur de la création des millefleurs du XVe siècle et des feuilles de choux du XVIe siècle. Au Moyen-âge, les fleurs véhiculent un message symbolique que notre temps ne sait plus décoder. Avec la Renaissance et la curiosité scientifique pour le vivant, les verdures sont l’expression de la nature même. La représentation naturaliste du végétal se développe avec luxuriance dans les verdures des XVIIe et XVIIIe siècles et constitue un motif privilégié dans les arts décoratifs des XIXe et du XXe siècle, même dans l’abstraction. Par l’observation du réel, certains artistes composent un atlas botanique personnel qui signe leur création. Aujourd’hui, on assiste à une éclosion de ce thème dans l’art contemporain, en résonance avec les questions environnementales de notre époque.

 

Pourquoi cette présence permanente du végétal dans la tapisserie ? Comment se manifeste-t-elle ? S’agit-il de reproductions quasi scientifiques d’espèces d’après nature ou les témoins d’une représentation culturelle de la nature ? Pour tenter de répondre à ces questions, les commissaires d’exposition ont sollicité des spécialistes de différentes disciplines.